L'horloge tourne – 2012

shapeimage_7

Après deux ans d’absence, la troupe Si on chantait est remontée sur la scène de la Biolette les 26 et 27 octobre 2012. Près de 800 personnes sont venues l’applaudir lors de ces deux soirées mémorables.

Tous les bénéfices des deux spectacles et de la vente des DVD ont été reversés à l’Association Suisse Romande et Italienne contre les Myopathies.

Merci au public, aux bénévoles et aux généreux annonceurs et donateurs sans qui cette aventure n’aurait pas pu voir le jour !

horloge 2                  horloge

Redécouvrez l’histoire de ce spectacle:
Dès ma naissance, ça a été compliqué. Mon arrivée a fait grand bruit. Plein de gens s’en souviennent encore. Juste après, ça s’est calmé. Ma maman et mon papa ont veillé sur moi. Toujours près de moi, ils me racontaient des histoires, me chantaient des berceuses. Douce enfance.
A l’école, je me suis fait plein d’amis. C’était bien les récrés. Evidemment, j’ai fait des bêtises. Je me suis fait attraper. Mais ça en valait la peine. Avec mes copains, on rigolait beaucoup. On faisait les quatre-cents coups.
Et puis un jour, j’ai découvert l’intérêt des filles. Ah les filles… quelle révélation ! Je me rappelle encore de mon premier slow. Je crois que je lui ai marché sur les pieds. Elle ne m’en a pas voulu et j’ai fini par l’embrasser. Les boums, un vrai oasis au milieu des devoirs, des leçons et des parents.
Oui mes parents sont sympas, mais ils ne comprennent pas toujours ce que je veux. D’ailleurs personne ne me comprends. C’est dur d’avoir 16 ans. Mon humeur change tout le temps. Un coup, j’ai envie, puis soudain, non, j’en veux plus. Toujours perdu dans mes pensées, il me semble que rien ne va. Et tout d’un coup, ça a été un choc quand je l’ai vue. Comme si je n’avais jamais vu personne avant. Elle est tellement belle quand elle sourit. En plus, elle me regarde aussi. J’ai l’impression de marcher sur les nuages, je vole !
Mais le vol fût de courte durée, mademoiselle est déjà passée à autre chose et tout redevient tout noir. Mes potes me soutiennent. Ils sont formidables mes potes. Y’a rien de mieux que l’amitié. Et puis, finalement, je mûris, je prends confiance en moi. Après tout, ce n’est pas si difficile une vie à vivre.
Elle file ma vie, l’horloge tourne et j’ai déjà 30 ans. J’ai pas mal papillonné mais là j’ai envie de me caser. J’ai trouvé la perle rare, une pierre précieuse. Bon faut dire, j’ai beaucoup cherché. Elle a envie d’essayer une drôle de vie avec moi. Ses parents sont d’accords. Je leur ai demandé la permission. On a fait les choses bien, dans le bon ordre : une belle robe, un grand mariage et maintenant un joli petit ventre rond. Je vais être papa !
C’est sûr, elle a des idées loufoques avec son petit dans le ventre mais bon, moi je dis rien. Faut dire que je bosse beaucoup. Je suis entré dans cette triste et célèbre routine : métro, boulot, dodo ! Faut bien payer la maison et puis y’a la petite sœur qui va bientôt débarquer. Quelle spirale infernale. Bon rien de dramatique. C’est juste que je n’ai pas l’impression de me reposer ou de prendre du bon temps. Et puis, avec ma douce, on s’éloigne un peu. Faudrait qu’on ravive un peu les couleurs de notre amour.
Mais ce n’est pas évident, elle s’occupe beaucoup des enfants, elle bosse. Moi je ne suis pas beaucoup à la maison depuis que j’ai changé de boulot. Pourquoi c’est si compliqué maintenant ? Des fois, je me dis que c’était mieux avant. A l’époque des balançoires et des sacs de billes. Faut dire que je me sens vieux. Ça commence pas mal à se ramollir chez moi, pourtant je fais de l’exercice. Je m’accroche… Les enfants seront bientôt dehors et je pourrais me consacrer complètement à ma femme.
Sauf que ma femme, elle est partie. Elle m’a dit ça hier. Ça a été un vrai coup de tonnerre. J’ai 50 balais et je suis seul. Je dois me trouver un but, un rêve. Je ne veux pas me lever le matin sans savoir où je vais. Faut que je résiste. Et surtout, que je relativise. A mon âge, on ne voit pas les choses de la même façon qu’à 20 ans. Faut que je papillonne à nouveau. Je reprends à zéro.
Aujourd’hui j’ai 80 ans et une chérie dans la chambre d’à côté. Au foyer, j’ai retrouvé la fille du slow. C’est vrai, elle a pas mal changé… mais bon moi aussi. Avec le temps, je ne me souviens plus de tout. Mais je sais que j’ai eu une belle vie. J’ai pris tout ce que je pouvais prendre. C’est vrai, j’ai fait des erreurs. Beaucoup même. Mais il paraît qu’on va tous au paradis. Donc je ne me fais pas trop de soucis.
Et quand je regarde dans les yeux de mon arrière-petit-fils, je me dis que cette histoire est loin d’être terminée et je me sens éternel !